Comment la technologie biométrique va-t-elle relever les défis qui se sont accentués en matière de contrôles aux frontières suite à la pandémie de coronavirus ?

Comment la technologie biométrique va-t-elle relever les défis qui se sont accentués en matière de contrôles aux frontières suite à la pandémie de coronavirus ? Tendances de la biométrie en pleine crise de COVID-19

La pandémie de COVID-19 bouleverse les contrôles aux frontières, car chaque pays a mis en place ses propres mesures pour tenter d’endiguer la propagation du virus. Par exemple, les agents de contrôle aux frontières ont apporté leur concours aux responsables de la santé pour vérifier les attestations de vaccination. Aussi, les premiers sont désormais confrontés à une multitude d’exigences en matière de contrôles d’entrée sur le territoire, de restrictions de voyage et d’exemptions pour les passagers, qui évoluent rapidement et constamment.

Les règles varient en fonction du pays d’origine et de destination et du statut du citoyen. L’Australie, par exemple, a fermé ses frontières et ne laisse entrer que les personnes bénéficiant de certaines exemptions, comme les résidents permanents qui arrivent de l’étranger [1].

La crise sanitaire a même poussé plusieurs États membres de l’espace Schengen à réintroduire temporairement des contrôles internes aux frontières afin d’enrayer la propagation de nouveaux variants du coronavirus. Les citoyens peuvent circuler normalement et librement dans les 26 pays de l’espace Schengen sans devoir faire l’objet de contrôles aux frontières [2].

À ces nouvelles exigences viennent s’ajouter des formalités chronophages. En effet, selon un agent de la Border Force (agence responsable des opérations de contrôle frontalier dans les ports aériens, maritimes et ferroviaires du Royaume-Uni) travaillant à l’aéroport d’Heathrow de Londres, le traitement des ressortissants britanniques est passé de 30 secondes avant la pandémie de COVID-19 à 15 minutes par personne actuellement [3].

Malgré la fluctuation des niveaux de risque et l’évolution des restrictions, les gouvernements doivent faire preuve de souplesse face à l’augmentation des exigences en matière de sécurité et réduire les menaces qui pèsent constamment sur la sécurité, tout en garantissant une gestion efficace des frontières, des conditions de travail appropriées pour le personnel et un voyage agréable et fluide pour les passagers.

La biométrie permet de répondre aux défis soulevés par les contrôles aux frontières en période de COVID-19

Heureusement, les progrès réalisés dans le domaine de la technologie biométrique peuvent contribuer à soutenir la gestion des contrôles aux frontières, en particulier en période de COVID-19. Prenons l’exemple de la reconnaissance faciale 3D où des capteurs 3D enregistrent les traits du visage des passagers, que des algorithmes transforment ensuite en données numériques. La reconnaissance faciale 3D a une longueur d’avance sur son homologue 2D, car elle n’est pas sensible à un mauvais éclairage, à une mise au point défaillante ou à une position inclinée du visage, et elle détecte les traits du visage sans tenir compte de l’âge.

Qu’en est-il de la reconnaissance de l’iris ? Cette méthode d’identification biométrique très précise prend une photographie contrastée de l’iris d’un individu. Les caméras qui scannent l’œil analysent les motifs de l’iris afin de créer un profil unique à chaque personne. Étant donné qu’aucun iris ne se ressemble et qu’il ne change pas au cours de la vie d’un individu, cette solution est idéale pour identifier rapidement les voyageurs qui entrent dans un pays et en sortent par voie terrestre, maritime ou aérienne. Par exemple, en raison de la pandémie de COVID-19, les passagers doivent porter des masques pendant leur voyage. La reconnaissance de l’iris permet d’identifier les voyageurs de manière fiable, même lorsqu’ils portent un masque. Les technologies de reconnaissance de l’iris les plus avancées permettent même d’identifier les personnes en mouvement, sans qu’elles aient besoin de rester immobiles, près de la caméra.

Chacune de ces technologies représente à elle seule une solution avancée de gestion des contrôles aux frontières et, combinées, elles constituent des systèmes biométriques très précis, extrêmement sûrs et rapides. Et les voyageurs n’ont même pas besoin de s’arrêter et de rester immobiles devant une borne.

D’une manière générale, la biométrie sans contact, telle que les scanners d’empreintes digitales sans contact, peut être utilisée pour vérifier l’identité des passagers, tout en gardant à l’esprit leur santé et leur sécurité en périodes de crise sanitaire, comme celle que nous traversons actuellement.

D4Fly développe des solutions biométriques

D4Fly (Detecting Document fraud and iDentity on the fly) illustre la manière dont la collaboration peut renforcer la vérification de l’identité et des documents des passagers lors des contrôles aux frontières [4]. Mis en place en 2019, ce projet financé par l’UE est dirigé par Veridos et a pour objet de garantir une vérification transparente, en temps réel, à la volée et extrêmement précise de l’identité des passagers lors des contrôles aux frontières.

Veridos collabore avec 18 autres partenaires internationaux sur ce projet et en est le coordinateur général. L’équipe internationale recherche des solutions innovantes pour remédier aux problèmes liés à la vérification de l’identité, tels que la falsification de documents, l’usurpation d’identité et le morphing du visage.

L’un des objectifs du projet est de développer un « couloir biométrique » qui permettra d’accélérer les contrôles aux frontières et de garantir la simplicité d’utilisation pour les passagers et ce, dans le strict respect de la réglementation européenne en matière de protection des données et de respect de la vie privée. Avant de commencer leur voyage, les passagers enregistreront eux-mêmes les données de leur passeport et leurs caractéristiques biométriques sur des bornes prévues à cet effet. Puis, à l’approche du poste de contrôle, ils traverseront un « couloir biométrique » où plusieurs caméras et différents capteurs biométriques compareront les données enregistrées aux données précédemment collectées afin de permettre une vérification rapide et sécurisée de leur identité.

La vérification de l’iris en mouvement fait partie des technologies qui seront testées dans ce couloir. « L’iris est une excellente caractéristique biométrique, car il ne change pas au cours de la vie d’une personne, il est unique et il permet une vérification sans contact même lorsque la personne est en mouvement », explique Andreas Räschmeier, PDG de Veridos.

Veridos et ses partenaires développent sans cesse d’autres solutions de pointe pour les contrôles aux frontières afin d’empêcher tout abus et manipulation et de prévenir, par exemple, les attaques de présentation où des masques sont utilisés pour contourner les technologies de vérification biométrique. Des technologies biométriques très avancées sont actuellement à l’étude pour empêcher les usurpations d’identité, tout comme des algorithmes avancés permettant de détecter les visages ayant eu recours au morphing grâce à des réseaux neuronaux convolutifs et des réseaux neutres profonds pour déceler les usurpations d’identité et la falsification de documents.

Il est possible que la pandémie de COVID-19 ait soulevé de nouveaux défis en matière de contrôle aux frontières. Et il ne fait nul doute que d’autres obstacles nous attendent. Néanmoins, la technologie biométrique permet aux gouvernements et aux forces de l’ordre de faire face à ces défis – et de les relever. Les dernières technologies biométriques sont sur le point de changer l’avenir de la sécurité aux frontières, tout en garantissant la sécurité des passagers et en facilitant leur transit, quels que soient les obstacles qui se dresseront sur le chemin.

Inspiré par l’idée de documents numériques? Vous avez une autre idée dont vous aimeriez discuter?

Contactez-nous pour en savoir plus.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

[1]Australian Government

[2] European Commisssion

[3] The Guardian

[4] D4FLY

 

Read more topic and trends articles

Brochure

Solutions pour la gestion des frontières
Assurer des contrôles aux frontières sûrs et efficaces

Retour

Ce site utilise des cookies

Pour améliorer votre expérience en ligne, nous utilisons des cookies et d’autres technologies, comme le décrivent nos dispositions relatives aux cookies. En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Politique de G+D concernant les cookies

OK